Le miroir aux alouettes (Edmonde Vergnes-Permingeat)

15 euros, ISBN : 9-782952-8-20110

 

Quatrième de couverture :

Alice a tué Armelle, sa jumelle. Son reflet, son double, son alter ego inversé dont elle enviait la vie de rêve. Alors que, célibataire, elle doit gagner sa vie en enseignant la philosophie, sa jumelle, épouse et mère comblée, mène l’existence oisive des riches, dans le luxe et un magnifique cadre de vie au bord de la mer. La mort d’Armelle va permettre à Alice de prendre sa place. Pourtant, au pays des merveilles, ce n’est pas le bonheur, mais le désenchantement qui l’attend. La vie d’Alice de l’autre côté du miroir va tourner au cauchemar… Elle réalisera, mais trop tard, que le beau miroir n’était qu’un leurre. Un miroir aux alouettes…

 

Ma chronique :

Un livre ponctué de quelques phrases philosophiques bien placées.

Le lecteur découvre le quotidien d’Armelle à travers les yeux d’Alice et puisque la jalousie l’avait éloignée de sa jumelle, elle arrive dans cette grande maison en parfaite inconnue, ce qui va provoquer quelques quiproquos parfois drôles, parfois tristes.

Alice aborde avec cynisme ces VIP qui gravitent autour de sa sœur. L’horrible belle-mère, les mamans des copines des filles d’Armelle, le bébé de l’institutrice, le banquier… tout ce petit cercle passe à la moulinette de sa vision caustique sur ce monde particulier. Elle n’éprouve aucune pitié, aucune empathie.

À partir de sa lecture du journal intime d’Armelle, les pensées de la défunte prennent la place de celles de la jumelle survivante et l’on mesure alors l’ampleur de leurs différences.

La tendre se débattait dans un milieu corrompu, violent et hostile. Ce panier de crabes avait même fini par mettre à mal ses croyances. Mais elle voyait en certains de ces « moutons bêleurs » des êtres humains, elle aimait Rémi, Gédéon était pour elle un homme charmant. Oui, elle était plus humaine, malgré l’amertume de sa vie.

Au fil du journal intime, Alice, comprenant ses erreurs, perd de sa superbe et prend de terribles décisions… qui seront contrariées.

Suspens garanti jusqu’à la dernière ligne.

Elisabeth Charier.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Juicer Review (mardi, 16 avril 2013 18:18)

    This particular article was precisely what I was searching for!