Chemins d’ombre et de lumière (de Monyclaire).

82 pages, 9euros, ISBN 9-791090-07855

 

Je n’ai pas l’habitude de chroniquer les recueils de nouvelles. Je vais donc reprendre chaque titre et y mettre mon petit avis dessous.

Mais tout d’abord, la couverture (illustrée par Maryse Petitiot).

Sur le recto, un chemin semble pleurer. Trop large, trop grand pour cette silhouette de femme seule, bordé d’une multitude de coquelicots… je comprendrai pourquoi en lisant. Dans le coin droit, une colombe me parait indiquer une direction. Un sentier inconnu ? Tous mènent-ils à ce disque blanc entouré de bleu, là-bas, au fond de l’image ? Il représente, pour moi, la mort.

Le verso se teinte des couleurs sombres de la forêt sortant de l’hiver. Ce chemin plus court m’apparaît plus chaleureux et ce grand-père qui se promène avec un enfant renforce, en moi, ce sentiment. Plus court comme la fin d’une vie ou, si l’on sait regarder au-delà, tortueux comme une existence.

Les messages sont légions dans ce recueil. Passons au contenu.

 

Un impossible coupable

Il faut comprendre le double sens du titre après lecture, revenir dessus et réfléchir, car l’intrigue est distillée tellement finement que j’ai failli passer à côté de la chute.

 

On ne blesse pas les colombes

Cette terrible nouvelle est empreinte de tendresse et de force.

 

Un locataire de passage

Celle-ci m’a fait pleurer

 

Et Rémi adopta son père

Ce récit se déroule trop vite, je trouve. Malgré une bonne description des émotions des personnages, je n’ai pas vraiment réussi à entrer dans l’histoire

 

L’Omelaye

Merci tout simplement pour cette balade magique au pays de l’enfance heureuse

 

Le bonheur de Sophie

Un petit clin d’œil à la comtesse de Ségur, une grande remise en question sur la façon dont les anciens éduquaient leur progéniture. Parole d’enfant, silence d’adulte… en faute.

 

Du champ de coquelicots au chemin de Compostelle

Nous y voilà avec cette fleur des champs. Cette nouvelle-là met les idées reçues sur le cancer à la poubelle. L’auteur nous plaque nos phrases maladroites à la figure. En quelques paragraphes, elle nous plie en deux nos maux et nous ouvre les yeux sur ce présent qu’on peine tant à apprécier à sa juste valeur. Je n’avais jamais considéré un coquelicot sous cet angle-là. Tu as tout à fait raison, Mony, et je vois où est né ce projet d’épopée.

 

Un cadeau à la clé

Le titre dit tout et cache en même temps le dénouement de cette nouvelle. Bien trouvé. Recule et vois le problème dans son ensemble.

 

Et s’il suffisait d’y croire ?

Dans ce récit, le voyage sur le chemin de Compostelle est achevé. Une belle aventure qui me rappelle les camps de scout de ma jeunesse. Presque tous les ingrédients sont là.

 

D’un jour à l’autre

Cheminement d’un deuil. Je sais, je suis passée par là.

 

Ce recueil se termine par trois poèmes que je vous laisse découvrir pour peu que vous soyez tentés par l’aventure.

Elisabeth charier

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Best Juicer (lundi, 22 avril 2013 03:13)

    This informative article was in fact just what I was searching for!